Réglages pour mixer un son correctement

A travers ce tutoriel, je vais vous détailler comment préparer et effectuer les différents réglages pour mixer un son correctement. Le mixage est une étape importante pour obtenir un son de qualité professionnelle.

Comme promis dans cet article sur mixcraft 8 pro studio, voici la suite sur le mixage audio.

Nous allons voir ensemble comment bien préparer votre projet audio. Ensuite, nous détaillerons les réglages appropriés pour chaque instrument. Je vous explique tout ça par écrit à la suite de ma vidéo.

Voici la vidéo pour illustrer l’étape du mixage sur Mixcraft 8 Pro Studio :

Mixer un son : Organisez votre plan de travail !

 

Avant de commencer à manipuler les effets virtuels, il convient d’organiser correctement votre projet audio. Ceci afin de gagner en confort, productivité et créativité. Prenez un mécano comme exemple, si c’est le bordel sur son établi et dans ses outils, il se retrouve perdu. C’est la même chose quand on veut mixer un son efficacement.

C’est pas l’étape la plus intéressante, mais vous gagnerez du temps pour effectuer proprement votre mixage.

organisation mixcraft 8

 

Renommez vos pistes :

C’est la première chose à faire ! Prenez l’habitude de commencer par renommer vos pistes avec le nom de l’instrument.

Si vous avez 2 guitares, mettez par exemple « guitare rythmique » et « guitare solo ». Si vous enregistrez une batterie sur plusieurs pistes, pensez à noter le nom des différents toms et cymbales pour chacune.

Bien souvent, les séquenceurs proposent d’associer une image/logo pour chaque piste. Utilisez cet outil pour vous y retrouver plus rapidement. Notre cerveau est plus attentif aux images qu’aux mots !

Colorez vos pistes :

Pensez également à mettre de la couleur dans votre projet. Il est courant de colorer ses pistes par type d’instruments. Par exemple les percussions en rouge, la basse en jaune, les guitares en bleu, etc…

En utilisant les mêmes couleurs par groupe d’instruments dans tous vos projets, vous repérerez instantanément quelle piste correspond à quel instrument.

Regroupez vos pistes dans un ordre précis :

L’idée est de classer vos instruments par groupe et dans un ordre toujours identique. Personnellement je commence par mettre la batterie et les percussions en premier. Ensuite je place la basse, la voix, la ou les guitare(s), puis les autres instruments (clavier, violon, trompette…).

Alors ? C’est déjà plus clair non ? Bien, continuons

 

Les fondations du mixage !

 

Maintenant on attaque l’étape la plus importante pour bien mixer un son. C’est en quelque sorte comme les fondations d’une maison, sans elles, pas de maison !

Il s’agit d’effectuer les réglages de base du mixage : les balances des niveaux, et les panoramiques. Beaucoup considèrent, moi y compris, que 80% d’un bon mixage s’effectue à cette étape.

Ici, on ne s’occupe pas des effets virtuels (VST). Ces derniers viendront se greffer en dernier.

Ajustez le volume :

Attention, on ne touche pas au master ! Je parle bien évidemment du volume des différentes pistes.

Pensez également à garder une marge de gain pour le mastering. Le mastering est l’étape finale qui s’effectue sur le morceau entier (exporté en un unique fichier audio WAV). Il faut veiller à ce que le volume du master ne dépasse pas les -6 voir -8 décibels.

Commencez par mettre le volume de toutes vos pistes au minimum. Ensuite augmentez le volume piste par piste en commençant dans l’ordre suivant :

  • Batterie / Percussions
  • Basse
  • Guitare(s)
  • Voix
  • Clavier, violon, cuivres…

Toujours en veillant à ce que le niveau du master ne dépasse pas les -6 / -8db.

Faites confiance à votre oreille pour déterminer si vous entendez bien tous les instruments correctement.

Réglez les panoramiques :

Deuxième réglage fondamental pour mixer un son correctement, ajuster les panoramiques. Les panoramiques sont les curseurs qui permettent de balancer un son plus à droite ou plus à gauche dans le spectre stéréo.

Par défaut, toutes vos pistes sont réglées au centre. Afin de distinguer chaque instrument, il convient de les déplacer pour obtenir un son stéréo. Cela évite que plusieurs instruments se « bouffent » entre eux.

Les instruments sonnant dans les basses fréquences (basse, grosse caisse…) sont volontairement laissés au centre. Les déplacer à tendance à déséquilibrer le morceau.

Pour plus d’infos sur les réglages, je vous invite à regarder directement ma vidéo au début de l’article.

 

Appliquer des effets virtuels (VST)

 

On va maintenant appliquer des effets virtuels pour embellir notre mixage. Je vous détaille ci-dessous les réglages appropriés pour chaque instrument. Ces réglages sont là pour vous servir de base. Aussi, ils ne sont pas à prendre pour argent comptant. Le mieux est de vous fier à votre oreille.

Je m’attarde volontairement sur 2 effets qui représentent les fondamentaux d’un bon mixage. A savoir la compression et l’égalisation. Pour les effets comme la réverbération et les réducteurs de bruit, je vous explique ça dans la vidéo ci-dessus.

mixcraft 8 mixage

 

Le compresseur

Je commence toujours par appliquer un compresseur, c’est la base pour bien mixer un son. Il permet d’ajouter une dynamique à chaque instrument. Son rôle est d’atténuer les crêtes sonores en compressant le son. Voici une bonne base pour des réglages en fonction des instruments :

Voix :

La compression de la voix est indispensable pour un bon placement de celle-ci dans un mix. Attention cependant de ne pas la dénaturer ou trop l’écraser, une bonne compression doit être inaudible !

il y a deux grandes tendances :

1. en live ou en studio

  • ratio entre 2:1 et 4:1
  • threshold à ce qu’on obtient une réduction de 5 à 9 db dans les passages forts et pas de réduction dans les passages faibles
  • attack 10 à 30 msec – (ou automatique)
  • release 100 à 300 msec – (ou automatique)
  • softknee

Cette compression modérée gardera le grain et la dynamique de la voix.

2. en studio (son variété) ou façon radio et pub

  • ratio entre 2:1 et 6:1
  • threshold pour une réduction de 5 à 9 db en moyenne avec des pointes de 12 db dans les passages les plus forts
  • attack 10 à 30 msec – (ou automatique)
  • release 100 à 300 msec – (ou automatique)
  • softknee

Ceci écrasera passablement le grain de la voix. Mais aidera (vu la dynamique largement réduite) à faire sortir la voix d’un mix et de la mettre “devant”.
Pour régler attack et release on mettra la fonction auto ou des réglages passe partout. (Attack 10 à 40 msec release 50 à 300 msec).

Batterie :

Pour avoir une grosse caisse puissante et très devant (surtout en live), appliquez une très forte compression voire limitation.

  • ratio 20:1 ou 100:1
  • threshold de façon à obtenir 6 à 10 db de réduction
  • attack très court (0,1 à 1 msec)
  • release 50 à 100 msec
  • hardknee
  • peak ou manuel

Ce réglage permettra d’avoir beaucoup de volume sur la grosse caisse sans saturer. Mais écrasera à la même occasion l’attaque et les harmoniques. Une forte égalisation sera indispensable pour avoir un son acceptable, c.à.d.

Relevez les basses (80 à 100 hertz = +quelques db) pour le woumm. et les haut médiums (3 à 4 kHz) pour le kick. Creusez un peu les médiums (entre 300 et 600 hz).
Si on veut garder le son naturel et aéré, les réglages seront beaucoup plus modérés:

  • ratio 2:1 à 5:1
  • threshold pour une réduction d’environ 4 à 6 db
  • attack 1 à 10 msec
  • release moyen (100 à 500 msec )
  • softknee
  • peak ou manuel

Ce réglage convient aussi très bien à la caisse claire.
Sur les toms on n’applique pas de compression mais plutôt un gate.

Si la batterie est mixée dans des sous-groupes on peut appliquer une compression générale en insérant l’effet dans les sous-groupes.

Attention: pour ne pas déséquilibrer l’image stéréo du mix le compresseur doit être en position stéréo ou link ce qui veut dire que les deux canaux sont toujours compressés ensemble sans quoi le son se baladera d’un côté à l’autre selon la position des instruments.
La compression sur un mix général est toujours délicate.

  • ratio (1,5:1 à 3:1)
  • threshold pour une réduction de 3 db environ (au delà l’effet se fera entendre!)
  • attack 1 à 10 msec
  • release 0,1 à 0,5 sec
  • softknee

Au studio on traite les micros d’ambiance avec une compression douce pour bien mixer un son (réglages ci-dessus).

Basse :

Pour bien placer la basse dans un mix, compression et égalisation sont nécessaires. Les fréquences graves alourdissent beaucoup un mix et saturent facilement. L’oreille perçoit plus facilement les médiums (autour 1 kHz) – même à faible volume.

Donc le fait de monter le volume ou les graves d’une basse ne suffisent souvent pas.
Une compression bien dosée aide aussi à gommer les variations de gain en slap.

  • ratio 4:1 à 8:1
  • threshold pour une réduction de 4 à 6 db en moyenne
  • attack moyenne 1 à 20 msec
  • release autour de 300 msec
  • hardknee

Ces réglages peuvent varier selon l’effet désiré :

Pour garder l’attaque et les harmoniques, prenez un temps d’attack plutôt long (20 à 30 msec). Le threshold sera réglé pour ne compresser que les passages les plus forts. (Réduction moyenne de 0 à 3 db et 6 db pour les peaks).
Pour un son funky l’attack sera réglé plus court (1 à 10 msec et la réduction devrait afficher 4 à 6 db en moyenne).

Guitare électrique :

Pour la guitare (presque) tout est permis ! les réglages ci-dessous peuvent servir comme base qu’on fera varier selon son goût.

  • ratio 6:1
  • threshold selon l’effet désiré
  • attack 5 à 40 msec (ou automatique / RMS)
  • release 0,3 sec (ou automatique / RMS)
  • hardknee

Une guitare funky sera fortement compressée avec un threshold assez bas pour avoir une réduction de 6 à 10 db et un temps d’attaque assez court (1 msec).

A l’inverse, une guitare lead en son saturé aura un temps d’attaque plus long et un ratio moins importante (3:1). Mais un threshold très bas pour une réduction de 5 à 8 db.

Pour un jeu en arpège on mettra le ratio à 4:1 avec l’attack à 50 msec et une réduction d’environ 4 à 6 db.

Guitare acoustique :

Attention de ne pas altérer le grain et les harmoniques du son. La compression doit être très légère.

  • ratio 4:1
  • threshold pour un réduction de 3 à 5 db
  • attack 20 à 40 msec (ou automatique / RMS)
  • release 0,3 sec (ou automatique / RMS)
  • softknee
Les cuivres :
  • ratio 2:1 à 4:1
  • threshold pour une réduction de 6 db pour les peaks et 0 à 3 db en moyenne
  • attack et release en automatique / RMS
  • hard- ou softknee
Les instruments électroniques :

Comme les synthétiseurs, boites à rythme, samplers, séquenceurs etc…

Ils ne nécessitent pas de compression car les sons électroniques et les échantillons sont en général déjà très aplatis au niveau de la dynamique. Une compression supplémentaire n’y ajoute rien de bon.

L’égaliseur paramétrique

Utile pour « sculpter les fréquences » de vos instruments. Il est très utile pour bien mixer un son. Il vous permet de bien séparer les instruments en évitant que certains jouent sur les mêmes fréquences. Ainsi, on évite que 2 instruments se « bouffent » entre eux.

Je n’ai pas vraiment de réglages précis pour la batterie. Tout d’abord car j’utilise généralement des VST de batterie qui regroupe tous les éléments en une seule piste (toms, caisse claire, etc…).

Batterie :

Sur la grosse caisse on essayera de donner un bon fondement pour la chaleur et le woumm. Également, on relèvera les médiums pour le kick qui caractérise le son moderne. Attention, le fait de relever les 80 Hz augmente aussi le gain. Et selon la qualité des Sub, le son peut devenir très vite trop chargé.

Pour les toms on atténue un peu les bas médiums qui font « ploc ». On relève les harmoniques graves et aigus si possible. Car certains toms mal réglés résonnent beaucoup dans les graves et on est obligé de couper celles-ci au détriment du son.

Avec la caisse claire les réglages sont différents selon ce qu’on veut obtenir.

Basse :

Relevez les harmoniques graves et aiguës :

  • grave + 2 à 5 db à 100 Hz (parfois, il vaut mieux atténuer)
  • médium – 3 db à 800 Hz
  • médium + 2 à 4 db à 2 kHz
  • aigu – 8 db à 10 kHz
  • passe-bas à 8 kHz
Guitare électrique :

Je rencontre constamment deux problèmes majeurs, surtout avec des guitares saturées.

– Le son est trop mat et empâté: atténuez un peu les 400 Hz et relevez les 2–3 kHz.
– Le son est trop agressif: atténuez un peu les 2–3 kHz.

Son clean (funky)
grave + 4 db à 250 Hz
médium – 4 à 6 db à 800 Hz
aigu + 2 à 4 db à 4 kHz

Clean (blues)
grave + 4 db à 250Hz
médium + 4 db à 1,2 kHz
aigu + 2 db à 4 kHz

Son saturé (blues,lead)
grave +4 db à 250Hz
médium +4 db à 1,2 kHz
aigu + 2 db à 4 kHz

Saturé( moderne heavy)
grave +6 db (ou plus) à 180Hz
médium – 6 db (ou plus) à 800 Hz
aigu + 6 db à 4 kHz

Guitare acoustique :
  • grave +4 à 6 db à 160 Hz
  • bas-médium – 4 db à 500 Hz
  • médium -2 db à 1,6 kHz
  • aigu + 2 à 4 db à 6 à 8 kHz
Voix :

Atténuer un peu les bas-mediums et relever les haut-medium fait bien sortir la voix.

  • Filtre passe haut à 100 Hz
  • grave + 2 db à 200 Hz
  • bas-médium – 2 à 4 db à 350 Hz
  • médium + 4 à 6 db à 2 kHz
  • aigu + 2 db à 5 kHz
Cuivres et clavier :

Une égalisation n’est souvent pas nécessaire – sur les saxophones et flûtes on atténuera des fois les haut-médium (2 à 4 kHz) de quelques db.

 

A vos potards !

 

Ce sera tout pour ce tutoriel sur comment mixer un son correctement. Vous remarquerez que je ne suis pas rentré dans des explications trop poussées. Ceci dans une volonté de rester accessible à ceux qui débutent en MAO.

En tout cas j’espère que ce tuto vous permettra d’embellir vos morceaux.

Et pour ceux que ça intéresse, je propose également de m’occuper du mixage de vos compositions. Vous pouvez consulter mon service en ligne sur le site « 5euros » pour en savoir plus : Je m’occupe de votre mixage !

@+ les Musicos !

Musicalement.


Vous avez aimé cet article ? Téléchargez GRATUITEMENT les 31 conseils de Julien Lheureux pour débuter la guitare, et restez informés des prochains articles et tutoriels !

 

Valentin

Je m'appel Valentin j'ai 31 ans, et je nourris une passion pour la musique et plus particulièrement la composition. Joueur de guitare depuis une douzaine d'années, je me suis perfectionné également dans la MAO et l'utilisation de logiciels de compositions et d'enregistrements. Je souhaite partager avec vous mes connaissances, mais aussi en apprendre de nouvelles car on arrête jamais de se perfectionner en musique 😉
Valentin

Laisser un commentaire