Comment avoir un son propre en enregistrant plusieurs instruments ?

Voici un article un peu plus technique, mais que les novices se rassurent, je vais rester le plus clair et concis possible. Nous allons voir comment avoir un son propre lors d’un enregistrement avec plusieurs instruments. Quelques détails à connaitre, pas très compliqués et qui vont changer radicalement la qualité de vos compos.

 

C’est parti, on s’enregistre !

 

Enfin le week-end (oui on est mardi, mais c’est pour mon scénario…), vous vous rendez avec hâte rejoindre vos potes musicos dans la grange du père d’un ami. Aujourd’hui, on répète, on improvise, et on s’enregistre pour avoir une maquette de nos chansons.

Un PC portable est placé à peu près au milieu de la pièce de manière à capter tous les instruments. Le logiciel d’enregistrement est lancé, les instruments commencent à rugir et les amplis crachent une distorsion bien grasse !

À la fin de la chanson, vous êtes plutôt satisfait de votre prestation. Seulement lorsque vous réécoutez l’enregistrement.. Comment dire ? C’est la catastrophe. Le son est équivalent au bruit d’une usine avec les machines en plein fonctionnement. Le plus frustrant, c’est que vous ne pouvez même pas savoir quel point améliorer dans votre chanson, car « on entend que dalle ».

C’était inévitable. Avec juste un ordinateur posé en guise de magnéto et placé n’importe comment, il est impossible d’avoir un son correct.

 

Avoir un son propre avec du matériel correct

 

Je vous conseille honnêtement d’investir un minimum dans du matériel correct pour l’enregistrement. Surtout si vous êtes au stade où vous jouez en groupe et que vous commencez à avoir vos propres chansons. À ce stade il faut vraiment avoir un minimum de matériel.

Je sais que l’argent et le budget restreint posent souvent problème (à moi aussi, oh que oui…). Mais je ne vous demande pas d’aller acheter pour 1000€ d’équipement. Je vais vous lister ce qu’il vous faut au minimum. Pour plus de détails sur chaque matos, vous pouvez vous rendre à cet article !

Un ordinateur

Un logiciel d’enregistrement multi-pistes

Une carte son externe ou table de mixage

Un ou plusieurs micros adaptés à l’enregistrement d’instruments.

Avec cette petite liste de matériel, vous pouvez faire des enregistrements de très bonne qualité et avoir un son propre et nikel.

 

Comment s’enregistrer

 

Vient ensuite la question : de quelle manière s’enregistrer ?

Le principe va être de placer un micro pour chaque instrument (plusieurs micros pour la batterie.. Font chier ses batteurs ^^). Ces micros seront reliés à votre table de mixage ou carte son externe. C’est pour ça qu’il faut une table ou une carte qui possède plusieurs entrées (au moins 4). La table ou carte son à votre ordinateur et plus précisément à votre logiciel qui va séquencer le tout.

Quel logiciel ?

Je vous conseille sans hésitation Mixcraft pro 8. J’ai pas mal d’expérience avec ce logiciel, et je trouve qu’il est vraiment très puissant et simple d’utilisation. Et surtout, il ne rame quasiment jamais. Comme je suis sympa, je vous dirige vers ma section « rue des logiciels » ou vous pouvez le télécharger.

Vos instruments auront chacun une piste dédiée. Il ne vous reste plus qu’à « armer » ces pistes avant de cliquer sur le bouton d’enregistrement avec le rond rouge.

L’avantage, c’est que l’on va pouvoir corriger chaque instrument séparément afin d’améliorer au mieux notre son. Pour avoir un son propre, il ne faut pas hésiter à bidouiller dans les réglages, que ce soit sur l’ampli, sur le logiciel ou dans le positionnement des instruments.

 

Ma petite touche finale pour un son de qualité

 

Pour vraiment bien séparer vos instruments avant d’exporter votre enregistrement final, il y a une technique. C’est cette technique qui fait la différence entre un son du genre « brouhaha » et un son ou chaque instrument est bien entendu.

C’est ce que j’appelle la spatialisation. En fait, on va déplacer chaque instrument pour que chacun ait sa place. Une petite image pour illustrer :

Sur cette image, l’auditeur est placé au centre sur la ligne du bas. Voilà comment on perçoit les sons. Maintenant lorsque nous avons terminé notre enregistrement, nos instruments sont séparés, mais ils sont tous au même endroit. Ce qui veut dire que par défaut, ils sont tous au milieu au fond. Là ce n’est pas bon, car on va avoir l’impression d’un son « brouillon » ou tout se chevauche.

Imaginez une grande station de péage d’autoroute. Aujourd’hui il n’y a que 2 guichets d’ouverts. Et bien tout le monde va s’agglutiner au même endroit, laissant apparaitre une longue file d’attente. Mais si tous les guichets sont ouverts, le trafic redevient fluide.

C’est un peu la même chose avec nos instruments. Il faut les déplacer de sorte qu’ils occupent chacun une plage de fréquences différentes.

Comment fait-on ?

C’est très simple. Vous pouvez déjà faire vos réglages avec vos balances ou (panning). Cela permet de déplacer vos instruments plus à droite ou plus à gauche. Généralement cela suffit à obtenir un son bien correct. Par la suite avec certains logiciels vous pouvez modifier également la profondeur de champ et les fréquences basses, aiguës et médiums. Mais c’est un peu plus avancé et ça fera très certainement l’objet d’un tutoriel ou d’un e-book qui sait.

 

Conclusion

 

Voilà mes amis musicos.

N’oubliez pas donc qu’un point primordial pour avoir un son propre, c’est déjà de posséder le minimum en termes de matériel. Ensuite, placez vos micros judicieusement pour chaque instrument et enregistrez-vous. Finissez par décortiquer votre son en séparant vos instruments dans l’espace. Pour ceci, utilisez les balances aussi appelées le panning.

C’est tout pour cet article, je préfère rester dans une approche simpliste et minimaliste pour pouvoir approfondir mieux par la suite

À+ dans la place !

Musicalement,

 


Vous avez aimé cet article ? Restez informés des prochaines publications et téléchargez GRATUITEMENT les 31 conseils de Julien Lheureux pour débuter la guitare !

 

Valentin

Laisser un commentaire