Sélectionner une page
Intervalles à la Guitare : Bien Débuter

Intervalles à la Guitare : Bien Débuter

Voilà un outil d’analyse qui va changer votre vision de jeu : les intervalles à la guitare. Lorsque l’on débute la composition et l’improvisation sur sa guitare, on commence en général par apprendre par cœur les positions d’une gamme sur le manche . Mais au bout du compte, on ne comprend pas vraiment ce qu’on fait, et pourquoi telle gamme sonne comme ça. S’en suis un apprentissage bête et méchant des différentes positions.

Cet article se basera sur la guitare, car c’est mon instrument principal. Mais la notion d’intervalles est commune à tous les instruments mélodiques.

Voyons pour commencer l’utilité d’apprendre cette notion d’intervalles.

 

Pourquoi penser en terme d’intervalles à la guitare ?

 

intervalles à la guitare

1- Les intervalles : pas que pour la guitare…

Imaginez un instant : vous êtes en train d’improviser lors d’un bœuf avec 2 amis dont un au piano et l’autre au violon…

Vous vous voyez leur expliquer votre petit solo en parlant de numéros de cases, de cordes, etc ? Non, bien évidemment.

Si en revanche vous dites que vous êtes sur une gamme pentatonique mineur de sol, que vous commencez le solo sur la tierce mineure, puis la 7ème mineure pour remonter sur la quinte et la quarte, c’est plus parlant pour eux. Ils pourront retranscrire facilement sur leur instrument (pour un peu qu’ils ont appris les intervalles et lu cet article ^^).

 

2- Une meilleure visualisation et liberté

Je ne dis pas qu’apprendre les positions des gammes est inutile. On commence tous ou presque par apprendre les positions de la pentatonique mineure par exemple, dont je parle dans cet article.

Mais tenter d’apprendre par cœur toutes les positions peu s’avérer long et moins constructif que d’apprendre les intervalles à la guitare d’une gamme.

Si vous connaissez les intervalles qui composent une gamme, et la distance qui les séparent, alors vous êtes capable de la retranscrire sur tout le manche !

 

3- Une meilleure compréhension des gammes

Grâce aux intervalles, vous allez comprendre ce qui fait la particularité d’une gamme ou d’un mode. Cela permet de capter pourquoi telle gamme ou mode sonne différemment.

Mais surtout vous allez apprendre à reconnaitre la ou les notes caractéristiques d’une gamme ou d’un mode. Cette fameuse note qui change tout et donne la couleur, l’ambiance. Par exemple une sixte majeure pour le mode dorien. Vous saurez ce qu’est une sixte majeure et sa distance par rapport à la fondamentale, donc vous saurez la retrouver et vous appuyer dessus.

 

Comment fonctionne les intervalles à la guitare et en musique de manière générale ?

 

questionnement

1- Une notion de distance

Oui. Pour comprendre les intervalles, imprégnez-vous bien du terme « distance » !

Un intervalle est en fait la distance entre 2 notes. Cette distance s’exprime en demi-ton ou en ton. Chaque intervalle porte un nom, par exemple la note DO est la « tierce mineure » de la note LA.

Si je garde l’exemple ci-dessus, la tierce mineure d’une note, peu importe laquelle, sera toujours située 1 ton et demi au dessus.

Pour rappel : Sur une guitare, un demi-ton correspond à une case sur le manche.

 

2- les différents intervalles, leur nom, leur qualité…

Chaque intervalle portera un nom. On retrouve ainsi dans l’ordre :

  • La tonique : (La note référente qui donne son nom à la gamme. Par exemple DO pour une gamme de DO majeur)
  • La seconde
  • La tierce
  • La quarte
  • La quinte
  • La sixte
  • la septième

Les qualités des intervalles :

  • La seconde, la tierce, la sixte, et la septième, peuvent être « mineurs » ou « majeurs ». Si je prend l’exemple de la seconde, une seconde majeure sera situé un demi-ton (une case) plus haut que la seconde mineure.
  • Pour la quarte et la quinte, on parle de note ou intervalle « juste ». Il n’y a donc pas de mineur ou majeur pour celles-ci. En revanche il existe une note entre ces 2 intervalles. On parlera alors sois de quarte augmentée ou de quinte diminuée (selon le contexte et l’analyse du morceau).

3- Visualiser les intervalles à la guitare

Comme une image vaut mille mots, je vous ai concocté une petite explication pour mieux visualiser tout ça :

Intervalles musique

Vous avez ci-dessus tous les intervalles possibles. Chacun étant séparé par un demi-ton (ou une case sur le manche de la guitare).

Dans l’ordre :

Tonique → seconde mineure → seconde majeure → tierce mineure → tierce majeure → quarte juste → quarte augmentée ou quinte diminuée → quinte juste → sixte mineure → sixte majeure → septième mineure → septième majeure

  • Après la septième majeure, on retombe sur la tonique mais un octave au dessus. La totalité de ces intervalles représente donc un octave, ou 12 demi-tons, ou 6 tons.
  • Les intervalles mineurs sont écrits avec un « b » minuscule. Les intervalles majeurs sont écrits avec un « M » majuscule.

Les intervalles en contexte

 

gammes guitare

Nous allons prendre l’exemple des 2 gammes heptatoniques (7 notes) les plus connues. La gamme majeure et la gamme mineure naturelle !

 

La gamme majeure

Elle est donc constituée de 7 notes. La principale caractéristique qui lui donne sa qualité  « majeure » c’est sa tierce. En effet, sur le 2ème intervalle, on trouve une tierce majeure.

gamme majeure

Nous avons donc comme intervalles :

1 ton → 1 ton → 1/2 ton → 1 ton → 1 ton → 1 ton → 1/2 ton pour revenir à la tonique

Ce qui nous donne :

  • Tonique
  • Seconde majeure
  • Tierce majeure
  • Quarte juste
  • Quinte juste
  • Sixte majeure
  • Septième majeure
  • Tonique (1 octave plus haut)

La gamme mineure naturelle

Elle est également composée de 7 notes. La principale caractéristique qui lui donne sa qualité « mineure », c’est aussi sa tierce. Celle-ci sur le 2ème intervalle est donc mineure.

gamme mineure naturelle

On remarque que 3 notes diffèrent de la gamme majeure : la tierce, la sixte, et la septième, sont passées mineures.

Nous avons donc comme intervalles :

1 ton → 1/2 ton → 1 ton → 1 ton → 1/2 ton → 1 ton → 1 ton pour revenir à la tonique

Ce qui nous donne :

  • Tonique
  • Seconde majeure
  • Tierce mineure
  • Quarte juste
  • Quinte juste
  • Sixte mineure
  • Septième mineure
  • Tonique (1 octave plus haut)

A RETENIR

Une fois que vous connaissez les intervalles d’une gamme ou d’un mode et la distance qui les séparent, vous n’avez plus qu’à décaler le motif aux autres tonalités. Ces intervalles seront toujours les mêmes que vous partiez d’un DO, d’un LA, ou de n’importe quelle autre note. C’est pourquoi vous n’avez plus à penser en termes de positions à apprendre par cœur, car vous saurez quelles notes jouer et la distance qui les séparent.

En conclusion

 

J’espère que cet article aidera ceux qui débutent en composition ou improvisation, pour mieux comprendre la notion des intervalles à la guitare et en musique de manière générale. Ce que je vous partage est le fruit de mes recherches sur le sujet et de mes expérimentations en contexte.

J’ai commencé comme tout le monde à apprendre quelques positions de gammes (la fameuse pentatonique par exemple). Je pense qu’on passe forcément par cette étape. Mais penser « intervalles » plutôt que d’apprendre par cœur des positions m’a permis de progresser beaucoup plus vite et mieux comprendre ce que je faisais et entendais.

Je me permets pour finir de vous partager le site Oreille Moderne de Laurent Rousseau qui propose des formations très qualitatives pour une très modique somme (mais aussi plein de contenu gratuit). La formation intervalles et système CAGED m’a personnellement apporté beaucoup, et Laurent est très pédagogue (c’est peu de le dire).

Vous êtes encore la ? Tous à vos guitares, c’est en forgeant qu’on devient forgeron 😉

Musicalement !

INFO : Place des Musicos va devenir « VT Production » !

L’aventure se termine ici, mais pas d’inquiétude, nous repartons de plus belle avec un site mieux conçu. Il n’y a encore que très peu de contenu dessus pour l’instant, mais vous pouvez déjà le consulter à ce lien : https://vtproduction.fr

M »étant développé dans la vente de sample packs, j’ai décidé de centraliser le tout sur un seul site. Ce dernier comprendra un espace blog avec des articles toujours basés sur apprendre à produire sa musique en autodidacte. Mais également une boutique en ligne avec mes packs de samples fait maison, et par la suite j’y intégrerais une page artiste pour y présenter mes compositions et reprises.

Espérant que cette évolution vous plaise 🙂

Quel Multi Effet Guitare Choisir ?

Quel Multi Effet Guitare Choisir ?

Le choix en multi effet guitare est vaste et ne cesse de croitre. Il est facile de s’y perdre à travers toutes les fonctions et technologies. Analogique ou numérique, avec ou sans simulation d’amplis, pour être sûr de faire le bon choix, cela implique de savoir ce que vous voulez en faire !

Cet article vous permettra je l’espère, d’éclaircir tout ça, et vous éviter d’acheter un multi effet qui ne corresponde pas du tout à vos attentes. Par exemple, si vous souhaitez utiliser votre pédalier sans ampli derrière (pour branchement sur une table de mixage + sono par exemple), vous aurez besoin d’un multi effet guitare avec simulation d’ampli.

Bref, pour comprendre tout ça et vous guider dans votre recherche, je vous présente 2 grandes catégories de pédaliers. Pour chacune, je vous explique les avantages/inconvénients, et pour quel profil de guitariste cela est le plus adapté. Pour finir, je vous propose 3 modèles intéressants par catégorie. 1 modèle entrée, 1 milieu, et 1 haut de gamme.

(PS : Les liens des modèles présentés sont des liens affiliés. Une commission de 5% m’ait reversé en cas d’achat de votre part via ces liens. Cela me permet de couvrir les frais du site, et de pouvoir vous proposer toujours plus de contenus gratuits).

 

1- Le multi effet guitare AVEC simulation d’amplis

multi effet guitare

Le très connu multi-effet Boss GT-1

 

C’est ceux que l’on trouve le plus fréquemment, ils inondent le marché. Ils sont à technologie numérique (je n’en ai pas trouvé d’analogiques, les seuls trouvés sont plutôt des simples préamplis sans palette complète d’effets).

 

Avantages :

Allant de l’entrée de gamme au très haut de gamme, ils ont l’avantage d’être polyvalent et compacte (à part certains anciens modèles). Leur polyvalence permet de pouvoir jouer un peu dans différents styles.

C’est pourquoi beaucoup de guitaristes débutant commence par ce type de pédalier. En effet, il permet d’essayer une grande quantité d’effets et de se familiariser avec. Il est de plus très pratique pour jouer chez soi au casque.

Les simulations d’amplis et souvent de haut-parleurs intégrés permettent de jouer directement sur une sono. Sois en passant directement sur des enceintes actives, sois par une table de mixage. Vous pouvez bien évidemment l’utiliser sur votre ampli de guitare. Il vous suffit alors de désactiver la simulation d’ampli et de HP (possible sur la grosse majorité des modèles).

La plupart des modèles récents peuvent aussi servir directement d’interface audio. Idéal si vous souhaitez enregistrer vos compos sur ordinateur. Si cela vous intéresse, allez voir mon article comment enregistrer une guitare électrique sur PC.

Un pédalier multi-effet capable de tout faire en gros.

 

Inconvénients :

Le problème à vouloir toucher à tout, c’est qu’on finit par être bon nulle part. A moins de taper dans le haut de gamme relativement chère, ces pédales manquent de caractère.

La qualité des effets, surtout les saturations, sont souvent décevant. Si pour une personne qui débute, la quantité d’effets et les « presets » sont appréciables, on finit par s’en lasser à un moment.

Le son des systèmes numériques manque souvent de dynamique et sonne « froid et chimique ». En bref, ça manque de coffre et de chaleur que l’on peut retrouver dans les pédales analogiques.

Il existe cependant des multi effet guitare numériques qui sortent du lot. Je pense au « Headrush Pedalboard » ou encore la Rolls Royce de la catégorie, le « Kemper Profiler Stage ». M’enfin il faut compter de 850 à 1600€ pour ces derniers 😉

 

A conseiller pour qui ?

  • A ceux qui débutent dans le domaine. Pas forcément débutant techniquement à la guitare, mais dans l’utilisation d’effets. Cela va vous permettre de tester différents réglages, et de connaître un peu mieux ce que vous recherchez comme sonorité.
  • Pour ceux qui ont besoin de couvrir de nombreux styles musicaux, c’est également un très bon outil. Je pense par exemple aux guitaristes qui font des reprises ou même des bals ou qui animent des mariages.
  • Pour ceux qui bougent ou voyage pas mal, c’est aussi un allié formidable. Il tient dans un sac à dos, et la possibilité de le brancher sur une sono sans avoir à trimballer son ampli de 20kg est très pratique.

 

Quelques modèles intéressants de multi effet guitare :

Multi effet guitare Boss ME-80

 

Boss ME-80

 

Je place le Boss ME-80 dans les entrées de gamme, mais il se situe pour moi entre entrée et milieu de gamme. Bien qu’il ne soit plus tout jeune, il a le mérite d’être très ergonomique et d’avoir un son relativement bon pour sa gamme de prix.

J’apprécie personnellement son système de réglages directement par les potentiomètres comme sur des pédales analogiques classiques. C’est beaucoup plus simple et intuitif que de devoir rentrer dans une dizaine de sous-menus pour accéder à un réglage.

En plus de pouvoir naviguer d’un preset à l’autre, vous pouvez également activer/désactiver chaque effet indépendamment. Exactement comme si vous aviez un pédalboard avec des pédales individuelles. Je trouve personnellement que c’est un très bon point pour une utilisation en live.

Plus d’infos ici !

Le Mooer GE-300

 

Mooer GE 300

 

On monte un peu en gamme avec le GE-300 de la marque Mooer. Une marque qu’on ne présente plus et qui possède des modèles allant de l’entrée au milieu de gamme.

Il est plus complet en termes de simulations. 108 simulations d’amplis et 43 simulations de haut-parleurs à réponse impulsionnelles. D’ailleurs, vous pouvez même charger vos propres simulations IR (impulse response) via le logiciel Mooer Studio fourni. On en trouve pleins sur le web et même de nombreuses gratuites.

La technologie à réponses impulsionnelles est plus récente que sur le boss présenté plus haut. La qualité du rendu est supérieur pour les simulations de HP. La qualité du son des simulations et effets est de qualité, et vous pouvez également activer/désactiver les effets indépendamment.

Si on résume, il est donc plus fourni en termes de simulations et d’effets que le Boss ME-80 ci-dessus, et le son est meilleur.

On regrettera en revanche son ergonomie moins bien pensé que le ME-80. En effet, il faudra rentrer dans des menus pour paramétrer vos effets, la ou le boss offre la possibilité de tout régler via les potards. Ce petit défaut est quand même corrigé avec le logiciel Mooer Studio. Ce dernier vous permettra de paramétrer votre chaine d’effets directement sur votre ordinateur. Plus simple et plus intuitif.

Plus d’infos ici !

Le Line 6 Helix LT

 

Line 6 Helix LT

 

Ici on commence à rentrer dans le haut de gamme. Line 6 était la première marque à commercialiser des multi-effets et amplis à modélisations de qualité. Ce multi effets guitare Helix LT excelle dans le réalisme des ses effets et simulations.

Même si on est toujours dans du numérique, il faut avouer que ce pédalier retransmet fidèlement la chaleur et la dynamique des circuits analogiques.

Si le nombre de simulations est moins fourni que le Mooer, Line 6 mise ici sur la qualité sonore plutôt que sur la quantité. Et on peut dire qu’on en a pour son argent. Les simulations et les effets sont d’un réalisme impressionnant.

Souvent dans les multi-effets, ce sont les effets de saturations qui font défaut. On leur reproche une froideur et un grain très brouillon. Ici, les overdrives et distorsions sont bien réussies. Et c’est suffisamment rare dans un multi-effets pour le notifier.

Vous l’aurez compris, avec le Helix LT on joue dans la cour des grands !

Plus d’infos ici !

Le multi effet guitare SANS simulation d’amplis

 

Nux Cerberus

Le Nux Cerberus : un pédalier entrée de gamme assez bluffant !

 

On a un peu moins de choix pour ces derniers, mais il y a quand même de quoi faire. A noter que s’ils ne possèdent pas de simulations d’amplis, beaucoup ont un simulateur de HP intégré. Ce dernier est souvent basique et plutôt pour du dépannage.

Ils sont recherchés majoritairement pour brancher sur un ampli de guitare. L’absence de simulations d’amplis ne permettant pas de les raccorder efficacement à une sono sans avoir un préampli externe en amont.

On peut les classer en 3 sous catégories :

  • Les tout analogique
  • Les tout numérique
  • Les hybrides

Avantages :

Ce multi effet guitare est souvent plus compacte que ceux avec simulations. Idéal pour intégrer sur un pédalboard.

Son utilisation première est d’ailleurs de l’utiliser comme des pédales indépendantes. On le branche donc directement sur son ampli, sois en façade (IN), sois dans la boucle, suivant les effets désirés.

Tous les effets sont activables indépendamment, comme des pédales individuelles. Et on dispose des potards correspondants comme sur un pedalboard classique. Donc une bonne ergonomie (rarement de sous menus compliqués).

Les effets sont pour la grande majorité meilleurs que les pédaliers tout en un avec simulations. Surtout pour ceux à circuit analogique. Ici on mise sur la qualité des effets plutôt que sur les simulations.

La plupart sont des hybrides. Ce qui signifie qu’ils combinent des effets numériques avec des effets analogiques. C’est appréciable, car on peut par exemple profiter de la chaleur d’un overdrive analogique, avec la profondeur et polyvalence d’un delay numérique.

Inconvénients :

Si vous souhaitez parfois vous brancher directement sur une sono sans avoir à transporter votre ampli, vous serez déçu. Malgré le basique simulateur de HP souvent intégré, un préampli ou boite de DI sera indispensable en amont.

Bon de toute manière, ce n’est pas son rôle.

Attention avec les modèles qui n’intègre pas de boucle d’effets (send, return). Suivant l’ampli que vous disposez, cela peu être problématique. Certains effets sonnent mal dans la boucle et mieux en façade, et inversement.

Sur un ampli au rendu sonore relativement neutre, vous pourrez toujours passer tous vos effets en façade. Mais sur d’autres qui colorent le son, ça peu parfois être un peu plus problématique.

A conseiller pour qui ?

Pour ceux qui souhaitent garder le son et la coloration de leur ampli de guitare. Si vous cherchez quelque chose de compacte qui vous évite 36 branchements, ce multi-effet sera votre ami.

Il sera plus difficile d’obtenir LE son que l’on cherche avec ce type de pédalier tout en un, mais il peut être placé en complément d’autres pédales. Si par exemple vous n’aimez pas les saturations dessus, vous pouvez utiliser une pédale de disto séparée et garder les effets de modulation sur le multi.

Tout comme les effets avec simulations, il est souvent utile quand on débute pour ce faire une idée de ce que l’on recherche en termes de son. Il est fréquent par la suite de changer pour des pédales individuelles.

Quelques modèles intéressants :

Le Nux Cerberus

 

multi effet Nux Cerberus !

 

La marque Nux, si elle peu faire peur au premier abord, a le mérite depuis quelques années de faire des produits premier prix plus que correctes. Avec le Cerberus, on est clairement sur de l’entrée de gamme réussie.

Simple et compacte, il intègre un delay, une reverb, une modulation, une disto et un overdrive. Une simulation de HP switchable plutôt réussie est également comprise.

C’est un modèle hybride. La disto et overdrive sont analogiques, et le reste numérique.

Un pédalier qui fait le job efficacement pour débuter. Vous trouverez plusieurs tests sur YouTube pour vous faire votre avis.

Plus d’infos ici !

TC Electronic Plethora X5

multi effet guitare TC electronic plethora x5

Plus compacte que le Cerberus mais également plus complet, Le Pléthora X5 offre plus d’effets et un meilleur rendu sonore.

Les effets souhaités sont chargeables via l’application TonePrint fournie. Le petit inconvénient est que ceux-ci devront être paramétrés en amont via l’application. En effet, une fois chargés, vous disposez seulement d’un réglage de volume pour chaque effet.

Cependant, il se distingue par la qualité des effets intégrés, surtout en ce qui concerne les effets de retard et de modulation.

Plus d’infos ici !

Line 6 Helix HX effects

multi effet Helix HX Effects

On monte en gamme une nouvelle fois avec la marque Line 6. Le Helix HX effetcs Saura vous séduire par la chaleur et le dynamisme de ses effets.

Si le paramétrage des effets est un peu fastidieux, le rendu sonore est exemplaire. Il possède également des effets supplémentaires appréciables, comme par exemple un looper de 60 secondes.

Bien que numériques, il est à noter la qualité des effets de reverb et delay, superbement réussis.

En outre, on peut charger ses IR de simulation de HP.

Plus d’infos ici !

 

 

Alors ? Quel multi effet guitare allez vous choisir ?

 

Vous l’aurez compris, la réponse à cette question va déjà dépendre de votre utilisation. Mais également de votre budget 😉

Si vous souhaitez continuer à jouer sur votre ampli de guitare, optez plutôt pour ceux sans simulation d’amplis. Ils seront plus compacts et souvent bien plus axées sur la qualité des effets proposés.

Si vous voulez vous passer d’ampli et vous brancher directement sur une sono, c’est l’inverse. Les modèles avec simulations d’amplis seront préférables. Ils sont également pratiques pour leur polyvalence avec leur quantité d’effets pouvant couvrir à peu près tous les styles. Même si cela est souvent au détriment de la qualité.

Pour les modèles que j’ai présentés, n’hésitez pas à vous rendre sur YouTube pour aller voir les tests.

Mon prochain article sera sur « comment brancher un multi-effet« . Restez donc informés en vous inscrivant à la newsletter plus bas 😉

J’espère que cet article vous aura un peu éclaircit les idées pour votre prochain achat.

Musicalement !

INFO : Place des Musicos va devenir « VT Production » !

L’aventure se termine ici, mais pas d’inquiétude, nous repartons de plus belle avec un site mieux conçu. Il n’y a encore que très peu de contenu dessus pour l’instant, mais vous pouvez déjà le consulter à ce lien : https://vtproduction.fr

M »étant développé dans la vente de sample packs, j’ai décidé de centraliser le tout sur un seul site. Ce dernier comprendra un espace blog avec des articles toujours basés sur apprendre à produire sa musique en autodidacte. Mais également une boutique en ligne avec mes packs de samples fait maison, et par la suite j’y intégrerais une page artiste pour y présenter mes compositions et reprises.

Espérant que cette évolution vous plaise 🙂

Comment Régler sa Guitare Électrique Facilement ?

Comment Régler sa Guitare Électrique Facilement ?

Je sais que vous êtes nombreux à vous demander comment régler sa guitare électrique soi-même, sans faire de conneries. Je suis passé par la il y a pas si longtemps. Mais bien souvent, la peur de mal faire vous emmène chez votre luthier ou votre vendeur. Dommage car quand on connait quelques principes à respecter, régler sa guitare électrique est assez simple, et vous fait économiser de l’argent !

Peut-être avez vous lu mon article sur quelle guitare électrique choisir ? Bien, maintenant passons aux réglages.

C’est un fait, dans la majorité des cas, lors de l’achat d’une guitare neuve ou d’occasion, celle-ci sera mal réglée. Certaines guitares haut de gamme sont réglées avant la mise en vente ou l’envoi par colis. Mais nous avons tous nos préférences et un style de jeu différent, donc dans 95% des cas, cela ne correspondra pas à vos attentes.

Cordes trop hautes ? Manche bombé ? Cordes qui frisent ?

Autant de symptômes qu’il va falloir résoudre étape par étape. C’est pourquoi j’ai divisé cet articles en 3 grandes étapes, qu’il vous faudra suivre dans l’ordre suivant et pas autrement :

1- Réglage du manche

2- Réglage de l’action (hauteur) des cordes

3- Réglage de l’intonation

C’est partit !

 

1- Comment régler sa guitare électrique : Le manche

 

Pour savoir comment régler sa guitare électrique, il est important de savoir par où commencer. La première étape consiste à régler la courbure du manche, et c’est très important de commencer par ça.

Pourquoi ? Car si vous commencez par régler la hauteur des cordes ou l’intonation, il faudra tout recommencer après avoir régler le manche. Régler la courbure du manche va influer directement sur la hauteur et l’intonation.

Voyons d’abord la bonne courbure théorique d’un manche et les symptômes d’un manche mal réglé.

 

Courbures et symptômes

 

Bien que certains arrivent à avoir un manche complètement droit, le meilleur compromis consiste à le rendre très légèrement concave (creusé). Simplement car les cordes en vibrant produisent une forme en ellipse qui risque de frotter contre les frettes si le manche est trop droit ou bombé.

 

courbure manche guitare

Source image : Bax-Shop

 

Guitare 1 :

Ci-dessus, la première guitare présente une très légère courbure du manche. C’est ce que l’on vise comme réglage. Si vos cordes frisent (frottement sur les frettes) sur toute la longueur du manche, votre manche est bien réglé mais les cordes trop basses (voir chapitre 2 plus bas). Si aucune cordes ne frisent, c’est très bien, et vous pourrez surement descendre un peu vos cordes.

Guitare 2 :

Ici, le manche est trop convexe (bombé). Les symptômes vont être une frise des cordes du début au milieu du manche. Pas bon du tout.

Guitare 3 :

Là à l’inverse, le manche est trop concave (creux). On le remarque facilement en ayant l’impression que le manche remonte vers les cordes près du corps de la guitare. Dans ce cas, vos cordes vont friser à partir de la 9 – 12ème case jusqu’à celles près du corps.

 

Déterminer la courbure et bien régler le manche

 

Maintenant reste à savoir comment vérifier quelle courbure à mon manche de guitare électrique. Savoir comment régler sa guitare électrique passe par quelques connaissances de mesures « standards » qui aident à partir sur de bonnes bases.

 

1ère méthode :

La première manière de contrôler son manche est très approximative, mais permet de se faire une première idée. Cette manière est pratique pour voir un manche vraiment trop courbé ou trop bombé.

Placer votre regard sois au niveau de la tête de votre guitare ou au chevalet en regardant le manche dans sa longueur du coté de la corde mi grave, comme si vous visiez avec un fusil. Fermer un oeuil peu aider.

 

manche guitare concave

Ici, le manche est beaucoup trop concave (creux). Source image : questionguitare.fr

 

2ème méthode :

Nous nous intéresserons à celle-ci pour contrôler précisément la courbure. Cette méthode vous demandera 2 outils pour être efficace : Un capodastre et des jauges d’épaisseur.

Les jauges d’épaisseur se trouvent en magasin de bricolage ou auto :

 

Jauges épaisseur

 

Commencez par placer votre capodastre en première case à la tête du manche. Puis appuyer avec votre doigt sur la case ou le manche et le corps de la guitare se rejoignent :

 

régler manche guitare électrique

Remplacez le doigt à gauche par le capodastre, c’est plus simple. Source : Bax Shop

 

Puis, en appuyant avec un doigt au milieu au dessus la 8ème ou 9ème frette, vous devez sentir un très léger espace. Si la corde touche la frette sans appuyer, votre manche est trop plat ou trop bombé. Si l’écart est trop important, le manche est trop creusé :

 

réglage manche

source : Bax Shop

 

A l’aide de vos jauges d’épaisseurs, mesurez cet infime espace. Il devrait être entre 0,20 et 0,40mm. Une bonne base est de partir sur 0,25 ou 0,30mm.

Régler le « truss rod »

 

Le truss rod, c’est la tige métallique qui se trouve à l’intérieur du manche de votre guitare. Elle consiste à régler la courbure en en la desserrant ou en la serrant, faisant ainsi travailler le bois du manche.

La vis de réglage se trouve sois à la tête du manche :

 

truss rod tete

 

Sois à la base de celui-ci, ce qui est plus chiant car il faut démonter le manche :

 

truss rod corps

 

Vous aurez sois besoin d’une clé allen (dans la majorité des cas), sois d’une clé hexagonale (à pipe). Si votre guitare est neuve, la clé de réglage est très souvent fournie. Sinon, vous trouverez la bonne taille sur set de clés standards.

Si les mesures contrôlées avec vos jauges d’épaisseurs sont bonnes, félicitations, vous pouvez sauter cette étape 😉

Si l’écart à la 8ème frette est trop important, votre manche est donc trop creux. Il faudra alors serrer la vis du truss rod (sens horaire) pour le redresser.

Si l’écart est insuffisant voir inexistant, le manche est trop droit ou trop bombé. Dans ce cas, dévissez la vis du truss rod (sens inverse horaire).

 

ATTENTION ! QUELQUES RÈGLES SONT A RESPECTER POUR NE PAS ENDOMMAGER VOTRE MANCHE OU LE TRUSS ROD :

– Détendez toujours vos cordes avant un serrage pour ne pas forcer sur le truss rod. Moins important pour desserrer, mais je conseil quand même de détendre vos cordes dans tous les cas.

– Allez-y par quart de tour maximum. Puis ré-accorder votre guitare, laissez reposer, et revérifier avec vos jauges d’épaisseurs.

– Le bois est un matériau vivant. Votre manche va donc continuez à travailler plusieurs heures après avoir vissé ou dévissé le truss rod. Il est donc préférable d’attendre quelques heures pour revérifier la courbure.

 

2- Régler l’action (hauteur) des cordes

 

2ème étape très importante pour savoir comment régler sa guitare électrique : l’action, ou hauteur des cordes par rapport aux frettes !

Ici, il s’agit de trouver un bon compromis entre confort de jeu et qualité sonore. Mais également de régler tout ça en fonction de votre style de jeu. Par exemple si vous jouez beaucoup en rythmique en attaquant fortement les cordes ou au contraire plutôt soliste avec une attaque plus douce.

Cas n°1 : Les cordes sont relativement basses. Ce réglage est confortable pour ceux qui aiment jouer des solos rapides et/ou qui ont une attaque plus douce des cordes. Il y aura moins de pression à exercer sur les cordes et donc cela facilite le confort et la vitesse de jeu. En revanche, le risque est que vos cordes frisent (touchent les frettes) par endroit. Surtout sur la corde MI grave et celle de LA

Cas n°2 : Les cordes sont assez (trop) hautes. Cela peu convenir à ceux qui ont un jeu agressif et rythmique. Ici, vos cordes ont peu de risques de friser. En revanche, si les cordes sont vraiment hautes, il faudra appuyer plus fortement pour les faire sonner, et vous perdrez donc en dextérité. A noter également que certaines notes en bas du manche, la ou les cordes sont les plus hautes, risquent de sonner étouffées, et de perdre en sustain.

Vous l’aurez donc compris, cela va dépendre de votre style de jeu. Ce n’est pas toujours aisé de trouver le bon compromis, mais il existe quelques mesures standards pour s’appuyer sur de bonnes bases. On voit ça juste en dessous.

 

Mesurer la hauteur des cordes

 

Nous allons effectuer cette mesure au niveau de la 12ème frette en partant de la tête. Sur la corde MI grave et de MI aigüe. Pour cette étape, vous pouvez sois vous servir d’une règle qui commence directement à zéro ou de vos jauges d’épaisseurs. Je trouve la méthode avec les jauges plus précise. Si votre plus grosse jauge n’est pas assez épaisse, vous pouvez en empiler plusieurs.

La mesure s’effectue entre le haut de la frette et le dessous de la corde :

 

régler action guitare

 

Commençons par la corde de MI grave. Celle-ci devra être réglée plus haute que la corde de MI aigüe. Tout simplement car la vibration de la corde est plus importante dû à sa grosseur. Donc plus les cordes seront épaisses, plus elles devront être hautes. Ceci afin d’éviter qu’elles frisent contre les frettes.

Pour un style de jeu avec forte attaque ou rythmique : Une bonne base est de se situer entre 2,2 et 2,5mm. A tester en frettant les cases jusqu’à ce que vous n’ayez pas ou peu de frisent.

Pour un style de jeu avec attaque douce ou solo : entre 1,8 et 2,2mm. Un standard qui fonctionne souvent est de partir sur 2mm.

Recommencez l’opération sur la corde de MI aigüe, toujours à la 12ème frette. On la règlera donc moins haute comme je l’ai expliqué plus haut.

Pour un style de jeu avec forte attaque ou rythmique : entre 1,5 et 1,8mm

Pour un style de jeu avec attaque douce ou solo : entre 1 et 1,5mm

 

Le radius de la touche

 

Le radius de la touche correspond à l’arrondi que forme votre manche sur sa largeur. Les cordes doivent suivre du mieux possible ce radius, mais tout en se rapprochant progressivement de la touche en descendant vers les cordes aigües. Comme illustré ci dessous :

 

radius touche guitare

Les cordes suivent l’arrondi tout en étant de plus en plus basses vers les aigües. Source image : Bax Shop

 

Sur des chevalets à pontets individuels (voir plus bas), il faudra donc descendre la hauteur progressivement au fur et à mesure que l’on descend vers les cordes aigües.

 

Régler la hauteur au chevalet

 

La hauteur de vos cordes va se réglée au niveau du chevalet.

On retrouve 2 grands types de chevalets :

 

Chevalet à pontets individuels :

 

chevalet telecaster

 

On le retrouve essentiellement sur les guitares de type télécaster et stratocaster. Ici, les pontets se règlent individuellement. C’est donc un peu plus long et fastidieux mais reste à la porté de tous.

A l’aide d’une petite clé allen de taille 2 (si je me souvient bien), il suffit de visser ou dévisser les 2 petites vis de chaque côté du pontet. En vissant, vous remontez le pontet (et donc la corde). En dévissant, vous le rabaissé.

Attention à ce que le pontet reste droit en vissant ou dévissant. Il faut donc tourner petit à petit les vis de chaque côté, et ce uniformément.

 

Chevalet de type « tune’o’matic » :

 

chevalet tune o matic

 

Celui-ci se trouve essentiellement sur les guitares de type Les Paul. Ici vous ne pouvez pas régler la hauteur des pontets individuellement, mais uniformément.

Plus simple à régler, vous avez 2 grosses vis de chaque côté (plates ou à visser manuellement). Il s’agit donc de descendre un peu plus le chevalet du côté des cordes aigües, en dévissant. Ou le remonter en vissant.

Voila pour cet article sur comment régler sa guitare électrique facilement. Quoi ? il manque quelque chose ?

Ah oui j’oubliais, le dernier point que certains ont tendance à oublier, et qui pourtant a son importance…

 

3- L’intonation… Késako ?

 

La dernière partie de cet article concerne l’intonation. Grosso modo, le réglage de l’intonation consiste à ce que les notes jouées vers les cases les plus aigües sonnent justes. On parle aussi de réglage des « harmoniques« .

En fait, si vous frettez votre note en 12ème case, celle-ci doit sonner exactement pareil que la corde à vide. Vous l’aurez compris, avec toutes les modifications effectuées jusqu’ici, on a complètement faussé le truc. Votre guitare risque donc de sonner fausse dans les cases aigües.

Munissez-vous pour commencer d’un accordeur et d’un petit tournevis cruciforme ou plat selon votre type de chevalet.

 

Réglage

 

L’intonation se règle au niveau des petites vis derrière vos pontets comme ci-dessous :

 

intonation pontets

Cruciforme sur chevalet type télécaster et stratocaster, et plat sur tune’o’matic

 

Les vis vont servir à reculer ou avancer vos pontets. En vissant, on recule le pontet (vers le cul de la guitare), et on allonge la longueur vibrante de la corde. En dévissant, on avance le pontet (vers le manche), et on réduit la longueur vibrante de la corde.

Suivez maintenant les étapes suivantes dans l’ordre, en commençant par la corde MI grave.

1- Accordez votre guitare

2- Frettez et jouez la note à la 12ème case. Vous devriez avoir exactement la mème note (MI) qu’avec la corde vide. C’est tout simplement la même note mais à l’octave supérieur.

Vu que ça m’étonnerait que vous obteniez la même note précisément, voila 2 cas de figures :

3- La note fretté à la 12ème case est plus aigüe que la corde à vide : Détendez votre corde dans un premier temps afin de ne pas forcer sur la vis du pontet. Ensuite vous devez reculer le pontet en vissant, de manière à allonger la longueur vibrante de la corde. Ré-accordez et vérifier l’accordage entre la corde à vide et la note à la 12ème frette. Les 2 doivent être identiques. Allez-y par petits mouvements.

4- La note fretté à la 12ème case est plus grave que la corde à vide : Avancez le pontet en dévissant, afin de raccourcir la longueur vibrante de la corde. Ré-accordez et vérifier l’accordage entre la corde à vide et la note à la 12ème frette.

5- Répétez l’opération pour toutes les cordes, en pensant bien à détendre la corde quand vous voulez reculez (visser) le pontet.

Tout le monde doit maintenant savoir comment régler sa guitare électrique 🙂

 

Et si j’ai toujours un souci après tous ces réglages ?

 

Parfois, il peu arriver que malgré tous ces réglages, vous rencontriez toujours des soucis. Cela peu être des cordes qui continuent de friser, des vibrations fantômes, ou autres…

Dans ce cas, cela peu venir d’un manche vrillé, d’un truss rod défectueux, ou encore de frettes usées ou mal planifiées.

Bien qu’il existe une solution pour résoudre chacun de ses problèmes, les opérations sont plus minutieuses et difficiles. Ainsi, je vous conseil d’aller voir directement un luthier si vous rencontrez toujours des soucis. Afin d’éviter d’endommager votre guitare.

 

Y’a plus qu’à jouer !

 

Maintenant il n’y a plus qu’à brancher votre guitare et apprécier vos efforts !

La première fois que l’on règle sa guitare électrique tout seul, cela peu mettre un peu de temps et demander de la patience. Mais quand vous voudrez renouveler l’opération, vous serez rodé, et la 2ème fois cela ira plus vite car vous serez quoi faire et quoi vérifier.

J’espère que cet article vous aidera, mais aussi qu’il vous fera apprendre des choses et faire des économies 😉

INFO : Place des Musicos va devenir « VT Production » !

L’aventure se termine ici, mais pas d’inquiétude, nous repartons de plus belle avec un site mieux conçu. Il n’y a encore que très peu de contenu dessus pour l’instant, mais vous pouvez déjà le consulter à ce lien : https://vtproduction.fr

M »étant développé dans la vente de sample packs, j’ai décidé de centraliser le tout sur un seul site. Ce dernier comprendra un espace blog avec des articles toujours basés sur apprendre à produire sa musique en autodidacte. Mais également une boutique en ligne avec mes packs de samples fait maison, et par la suite j’y intégrerais une page artiste pour y présenter mes compositions et reprises.

Espérant que cette évolution vous plaise 🙂

Comment Enregistrer une Guitare Acoustique Proprement ?

Comment Enregistrer une Guitare Acoustique Proprement ?

Aujourd’hui j’ai décidé de répondre à une question que beaucoup de guitaristes se posent. A savoir comment enregistrer une guitare acoustique proprement. Mais on va également aborder l’étape post-enregistrement. C’est l’étape qui consiste à bien faire ressortir votre guitare dans votre logiciel d’édition audio. C’est parti !

Pour l’enregistrement d’une guitare électrique, rendez-vous sur CET ARTICLE !

Voici ci-dessous le tutoriel vidéo réalisé sur ma chaîne YouTube. Pour ceux qui préfèrent lire , je détaille mes explications de la vidéo dans cet article.

 

 

1- Enregistrer une guitare acoustique : Le bon matériel

 

Nous allons avoir besoin de 4 choses essentielles pour enregistrer une guitare acoustique, et faire de l’édition audio. Du moins pour la méthode que j’ai décidé de vous expliquer.

  • Une guitare acoustique (Non ? Sérieux ?)
  • Une carte son externe
  • Un micro statique à petite ou large membrane (et son câble XLR)
  • Un logiciel d’édition audio (Cubase, Ableton, Reaper, etc…)

Petite précision par rapport au micro statique. Il y a d’autres méthodes d’enregistrement comme les micros rosace ou encore les micros piezo. Seulement c’est avec un micro statique positionné devant votre guitare que vous aurez le meilleur rendu. C’est pourquoi on va se concentrer uniquement sur la méthode avec un micro statique, qui offre le rendu le plus propre et naturel.

 

2- Enregistrer une guitare acoustique : La prise de son

 

Nous pouvons donc commencer avec la 1ère étape qui est de loin la plus importante. La prise de son de votre guitare acoustique. En effet, une mauvaise prise de son ne sera pas rattrapable par la suite au mixage. Il faut arrêter de penser que vous pourrez rattraper la prise en bidouillant votre piste avec des effets dans votre logiciel. C’est faux.

L’arrangement post-enregistrement vous aidera à embellir et faire ressortir votre guitare. Mais il ne rattrapera pas les défauts (bruit de fond trop important, mauvais placement micro, etc…)

Ceci étant dit on peut attaquer la suite…

 

L’acoustique de la pièce :

 

Pour enregistrer une guitare acoustique, il faut savoir que l’acoustique de la pièce va influer sur le rendu. Les locaux des studios professionnels sont isolés et insonorisés, mais ce n’est souvent pas le cas de votre chambre ou salon.

Rassurez-vous, il est possible de faire une bonne prise de son quand même. Pour atténuer la résonance de votre pièce, vous pouvez jouer avec le placement de vos meubles. Ou encore positionner des tissus épais dans les coins. Le carrelage réfléchit aussi beaucoup le son, une moquette posée peut être très efficace pour absorber.

 

Le positionnement du micro :

 

Ce point-là est très important. Je vous explique la position la plus courante pour avoir un son équilibré entre les basses, médiums et aiguës. Beaucoup de professionnels utilisent ce placement. C’est à vous ensuite de changer légèrement à partir de cette base, pour écouter ce qui vous plaît.

 

Les étapes à suivre :

  • A l’aide d’un pied de micro, positionnez le micro statique à hauteur de manche et perpendiculaire à celui-ci.
  • Toujours perpendiculaire à la guitare, faites pointer la tête du micro vers la jonction corps/manche.
  • Éloignez votre micro à environ 30 centimètres de la guitare.
  • Tournez la tête du micro en le tournant vers la 12ème case du manche.

Par expérience, c’est souvent comme ceci que j’ai eu le meilleur rendu. Si vous voulez un peu plus de graves, tournez la tête du micro un peu plus vers la rosace. A l’inverse pour plus d’aiguës, tournez le micro vers le haut du manche. Vous pouvez rapprocher un peu plus votre micro si l’acoustique de la pièce est pas terrible. A l’inverse si l’acoustique est propre, vous pouvez l’éloigner un peu plus.

 

enregistrer une guitare acoustique

 

3- Mixage et édition audio

 

Maintenant que vous avez réussi à enregistrer une guitare acoustique, voyons comment embellir tout ça dans votre logiciel audio. Je vous explique comment élargir votre piste en stéréo, et comment nettoyer celles-ci. Je ne vais pas détailler les effets comme les equalizer ou compresseurs, on va rester sur du basique.

 

Rejouer plusieurs fois le même passage et élargir en stéréo :

 

La clé pour faire sonner votre enregistrement en stéréo, c’est de faire un second enregistrement. Vous allez donc faire tourner en boucle votre 1er enregistrement de guitare (ça peu être juste un couplet ou un refrain). Ensuite vous allez enregistrer une 2ème piste par dessus en essayant de vous caler le mieux possible sur la 1ère.

L’idée c’est ensuite de décaler 1 piste 75% à gauche et l’autre 75% à droite. Ce qui donne tout l’effet stéréo, c’est le fait que vos 2 prises de son ne sont pas parfaitement calées (c’est impossible d’être calé à la milliseconde), et c’est ce qui donne la dynamique stéréo.

Une erreur classique est de chercher à dupliquer la première piste pour en balancer une à gauche et l’autre à droite. Vous n’aurez aucun élargissement stéréo comme ça. La seule différence, c’est que le volume sera plus élevé.

Petite astuce : Pour ceux qui possèdent une électro-acoustique, il peut être intéressant de faire un 3ème enregistrement avec la guitare branchée en direct. Les micros piezo intégrés ont souvent un son plutôt mauvais, mais couplé avec les prises en micro statique c’est parfois intéressant. L’idée est de laisser votre prise avec le micro intégré au centre dans les panoramiques.

Celle-ci va venir appuyer vos 2 autres pistes. Vous pouvez éventuellement baisser un peu son volume et couper un peu les aiguës  ainsi que remonter les graves.

 

Dé-bruiter vos pistes :

 

Je vous conseille de couper le bruit de fond de vos pistes. Cette fonction est souvent intégrée à votre DAW (logiciel d’édition audio). Pour cela, il faut que vous ayez un passage au début de l’enregistrement ou vous ne jouez pas. Le micro prendra alors uniquement l’ambiance sonore de la pièce.

Ensuite, grâce à la fonction pour supprimer le bruit, sélectionnez la partie de votre enregistrement au début ou il n’y a aucun signal sonore. Réglez l’atténuation du bruit sur environ 70%. Cela permet de couper les mauvaises résonances de votre pièce et éventuellement le bruit de ventilation de votre ordinateur.

 

Plus qu’à composer !

 

Voila, il est maintenant temps de vous lancer dans vos plus belles compositions en testant tous ces conseils ! En espérant que ce tutoriel vous aura plus 😉

Musicalement.

INFO : Place des Musicos va devenir « VT Production » !

L’aventure se termine ici, mais pas d’inquiétude, nous repartons de plus belle avec un site mieux conçu. Il n’y a encore que très peu de contenu dessus pour l’instant, mais vous pouvez déjà le consulter à ce lien : https://vtproduction.fr

M »étant développé dans la vente de sample packs, j’ai décidé de centraliser le tout sur un seul site. Ce dernier comprendra un espace blog avec des articles toujours basés sur apprendre à produire sa musique en autodidacte. Mais également une boutique en ligne avec mes packs de samples fait maison, et par la suite j’y intégrerais une page artiste pour y présenter mes compositions et reprises.

Espérant que cette évolution vous plaise 🙂

Réglages pour mixer un son correctement

Réglages pour mixer un son correctement

A travers ce tutoriel, je vais vous détailler comment préparer et effectuer les différents réglages pour mixer un son correctement. Le mixage est une étape importante pour obtenir un son de qualité professionnelle.

Comme promis dans cet article sur mixcraft 8 pro studio, voici la suite sur le mixage audio.

Nous allons voir ensemble comment bien préparer votre projet audio. Ensuite, nous détaillerons les réglages appropriés pour chaque instrument. Je vous explique tout ça par écrit à la suite de ma vidéo.

Voici la vidéo pour illustrer l’étape du mixage sur Mixcraft 8 Pro Studio :

Mixer un son : Organisez votre plan de travail !

 

Avant de commencer à manipuler les effets virtuels, il convient d’organiser correctement votre projet audio. Ceci afin de gagner en confort, productivité et créativité. Prenez un mécano comme exemple, si c’est le bordel sur son établi et dans ses outils, il se retrouve perdu. C’est la même chose quand on veut mixer un son efficacement.

C’est pas l’étape la plus intéressante, mais vous gagnerez du temps pour effectuer proprement votre mixage.

organisation mixcraft 8

 

Renommez vos pistes :

C’est la première chose à faire ! Prenez l’habitude de commencer par renommer vos pistes avec le nom de l’instrument.

Si vous avez 2 guitares, mettez par exemple « guitare rythmique » et « guitare solo ». Si vous enregistrez une batterie sur plusieurs pistes, pensez à noter le nom des différents toms et cymbales pour chacune.

Bien souvent, les séquenceurs proposent d’associer une image/logo pour chaque piste. Utilisez cet outil pour vous y retrouver plus rapidement. Notre cerveau est plus attentif aux images qu’aux mots !

Colorez vos pistes :

Pensez également à mettre de la couleur dans votre projet. Il est courant de colorer ses pistes par type d’instruments. Par exemple les percussions en rouge, la basse en jaune, les guitares en bleu, etc…

En utilisant les mêmes couleurs par groupe d’instruments dans tous vos projets, vous repérerez instantanément quelle piste correspond à quel instrument.

Regroupez vos pistes dans un ordre précis :

L’idée est de classer vos instruments par groupe et dans un ordre toujours identique. Personnellement je commence par mettre la batterie et les percussions en premier. Ensuite je place la basse, la voix, la ou les guitare(s), puis les autres instruments (clavier, violon, trompette…).

Alors ? C’est déjà plus clair non ? Bien, continuons

 

Les fondations du mixage !

 

Maintenant on attaque l’étape la plus importante pour bien mixer un son. C’est en quelque sorte comme les fondations d’une maison, sans elles, pas de maison !

Il s’agit d’effectuer les réglages de base du mixage : les balances des niveaux, et les panoramiques. Beaucoup considèrent, moi y compris, que 80% d’un bon mixage s’effectue à cette étape.

Ici, on ne s’occupe pas des effets virtuels (VST). Ces derniers viendront se greffer en dernier.

Ajustez le volume :

Attention, on ne touche pas au master ! Je parle bien évidemment du volume des différentes pistes.

Pensez également à garder une marge de gain pour le mastering. Le mastering est l’étape finale qui s’effectue sur le morceau entier (exporté en un unique fichier audio WAV). Il faut veiller à ce que le volume du master ne dépasse pas les -6 voir -8 décibels.

Commencez par mettre le volume de toutes vos pistes au minimum. Ensuite augmentez le volume piste par piste en commençant dans l’ordre suivant :

  • Batterie / Percussions
  • Basse
  • Guitare(s)
  • Voix
  • Clavier, violon, cuivres…

Toujours en veillant à ce que le niveau du master ne dépasse pas les -6 / -8db.

Faites confiance à votre oreille pour déterminer si vous entendez bien tous les instruments correctement.

Réglez les panoramiques :

Deuxième réglage fondamental pour mixer un son correctement, ajuster les panoramiques. Les panoramiques sont les curseurs qui permettent de balancer un son plus à droite ou plus à gauche dans le spectre stéréo.

Par défaut, toutes vos pistes sont réglées au centre. Afin de distinguer chaque instrument, il convient de les déplacer pour obtenir un son stéréo. Cela évite que plusieurs instruments se « bouffent » entre eux.

Les instruments sonnant dans les basses fréquences (basse, grosse caisse…) sont volontairement laissés au centre. Les déplacer à tendance à déséquilibrer le morceau.

Pour plus d’infos sur les réglages, je vous invite à regarder directement ma vidéo au début de l’article.

 

Appliquer des effets virtuels (VST)

 

On va maintenant appliquer des effets virtuels pour embellir notre mixage. Je vous détaille ci-dessous les réglages appropriés pour chaque instrument. Ces réglages sont là pour vous servir de base. Aussi, ils ne sont pas à prendre pour argent comptant. Le mieux est de vous fier à votre oreille.

Je m’attarde volontairement sur 2 effets qui représentent les fondamentaux d’un bon mixage. A savoir la compression et l’égalisation. Pour les effets comme la réverbération et les réducteurs de bruit, je vous explique ça dans la vidéo ci-dessus.

mixcraft 8 mixage

 

Le compresseur

Je commence toujours par appliquer un compresseur, c’est la base pour bien mixer un son. Il permet d’ajouter une dynamique à chaque instrument. Son rôle est d’atténuer les crêtes sonores en compressant le son. Voici une bonne base pour des réglages en fonction des instruments :

Voix :

La compression de la voix est indispensable pour un bon placement de celle-ci dans un mix. Attention cependant de ne pas la dénaturer ou trop l’écraser, une bonne compression doit être inaudible !

il y a deux grandes tendances :

1. en live ou en studio

  • ratio entre 2:1 et 4:1
  • threshold à ce qu’on obtient une réduction de 5 à 9 db dans les passages forts et pas de réduction dans les passages faibles
  • attack 10 à 30 msec – (ou automatique)
  • release 100 à 300 msec – (ou automatique)
  • softknee

Cette compression modérée gardera le grain et la dynamique de la voix.

2. en studio (son variété) ou façon radio et pub

  • ratio entre 2:1 et 6:1
  • threshold pour une réduction de 5 à 9 db en moyenne avec des pointes de 12 db dans les passages les plus forts
  • attack 10 à 30 msec – (ou automatique)
  • release 100 à 300 msec – (ou automatique)
  • softknee

Ceci écrasera passablement le grain de la voix. Mais aidera (vu la dynamique largement réduite) à faire sortir la voix d’un mix et de la mettre “devant”.
Pour régler attack et release on mettra la fonction auto ou des réglages passe partout. (Attack 10 à 40 msec release 50 à 300 msec).

Batterie :

Pour avoir une grosse caisse puissante et très devant (surtout en live), appliquez une très forte compression voire limitation.

  • ratio 20:1 ou 100:1
  • threshold de façon à obtenir 6 à 10 db de réduction
  • attack très court (0,1 à 1 msec)
  • release 50 à 100 msec
  • hardknee
  • peak ou manuel

Ce réglage permettra d’avoir beaucoup de volume sur la grosse caisse sans saturer. Mais écrasera à la même occasion l’attaque et les harmoniques. Une forte égalisation sera indispensable pour avoir un son acceptable, c.à.d.

Relevez les basses (80 à 100 hertz = +quelques db) pour le woumm. et les haut médiums (3 à 4 kHz) pour le kick. Creusez un peu les médiums (entre 300 et 600 hz).
Si on veut garder le son naturel et aéré, les réglages seront beaucoup plus modérés:

  • ratio 2:1 à 5:1
  • threshold pour une réduction d’environ 4 à 6 db
  • attack 1 à 10 msec
  • release moyen (100 à 500 msec )
  • softknee
  • peak ou manuel

Ce réglage convient aussi très bien à la caisse claire.
Sur les toms on n’applique pas de compression mais plutôt un gate.

Si la batterie est mixée dans des sous-groupes on peut appliquer une compression générale en insérant l’effet dans les sous-groupes.

Attention: pour ne pas déséquilibrer l’image stéréo du mix le compresseur doit être en position stéréo ou link ce qui veut dire que les deux canaux sont toujours compressés ensemble sans quoi le son se baladera d’un côté à l’autre selon la position des instruments.
La compression sur un mix général est toujours délicate.

  • ratio (1,5:1 à 3:1)
  • threshold pour une réduction de 3 db environ (au delà l’effet se fera entendre!)
  • attack 1 à 10 msec
  • release 0,1 à 0,5 sec
  • softknee

Au studio on traite les micros d’ambiance avec une compression douce pour bien mixer un son (réglages ci-dessus).

Basse :

Pour bien placer la basse dans un mix, compression et égalisation sont nécessaires. Les fréquences graves alourdissent beaucoup un mix et saturent facilement. L’oreille perçoit plus facilement les médiums (autour 1 kHz) – même à faible volume.

Donc le fait de monter le volume ou les graves d’une basse ne suffisent souvent pas.
Une compression bien dosée aide aussi à gommer les variations de gain en slap.

  • ratio 4:1 à 8:1
  • threshold pour une réduction de 4 à 6 db en moyenne
  • attack moyenne 1 à 20 msec
  • release autour de 300 msec
  • hardknee

Ces réglages peuvent varier selon l’effet désiré :

Pour garder l’attaque et les harmoniques, prenez un temps d’attack plutôt long (20 à 30 msec). Le threshold sera réglé pour ne compresser que les passages les plus forts. (Réduction moyenne de 0 à 3 db et 6 db pour les peaks).
Pour un son funky l’attack sera réglé plus court (1 à 10 msec et la réduction devrait afficher 4 à 6 db en moyenne).

Guitare électrique :

Pour la guitare (presque) tout est permis ! les réglages ci-dessous peuvent servir comme base qu’on fera varier selon son goût.

  • ratio 6:1
  • threshold selon l’effet désiré
  • attack 5 à 40 msec (ou automatique / RMS)
  • release 0,3 sec (ou automatique / RMS)
  • hardknee

Une guitare funky sera fortement compressée avec un threshold assez bas pour avoir une réduction de 6 à 10 db et un temps d’attaque assez court (1 msec).

A l’inverse, une guitare lead en son saturé aura un temps d’attaque plus long et un ratio moins importante (3:1). Mais un threshold très bas pour une réduction de 5 à 8 db.

Pour un jeu en arpège on mettra le ratio à 4:1 avec l’attack à 50 msec et une réduction d’environ 4 à 6 db.

Guitare acoustique :

Attention de ne pas altérer le grain et les harmoniques du son. La compression doit être très légère.

  • ratio 4:1
  • threshold pour un réduction de 3 à 5 db
  • attack 20 à 40 msec (ou automatique / RMS)
  • release 0,3 sec (ou automatique / RMS)
  • softknee
Les cuivres :
  • ratio 2:1 à 4:1
  • threshold pour une réduction de 6 db pour les peaks et 0 à 3 db en moyenne
  • attack et release en automatique / RMS
  • hard- ou softknee
Les instruments électroniques :

Comme les synthétiseurs, boites à rythme, samplers, séquenceurs etc…

Ils ne nécessitent pas de compression car les sons électroniques et les échantillons sont en général déjà très aplatis au niveau de la dynamique. Une compression supplémentaire n’y ajoute rien de bon.

L’égaliseur paramétrique

Utile pour « sculpter les fréquences » de vos instruments. Il est très utile pour bien mixer un son. Il vous permet de bien séparer les instruments en évitant que certains jouent sur les mêmes fréquences. Ainsi, on évite que 2 instruments se « bouffent » entre eux.

Je n’ai pas vraiment de réglages précis pour la batterie. Tout d’abord car j’utilise généralement des VST de batterie qui regroupe tous les éléments en une seule piste (toms, caisse claire, etc…).

Batterie :

Sur la grosse caisse on essayera de donner un bon fondement pour la chaleur et le woumm. Également, on relèvera les médiums pour le kick qui caractérise le son moderne. Attention, le fait de relever les 80 Hz augmente aussi le gain. Et selon la qualité des Sub, le son peut devenir très vite trop chargé.

Pour les toms on atténue un peu les bas médiums qui font « ploc ». On relève les harmoniques graves et aigus si possible. Car certains toms mal réglés résonnent beaucoup dans les graves et on est obligé de couper celles-ci au détriment du son.

Avec la caisse claire les réglages sont différents selon ce qu’on veut obtenir.

Basse :

Relevez les harmoniques graves et aiguës :

  • grave + 2 à 5 db à 100 Hz (parfois, il vaut mieux atténuer)
  • médium – 3 db à 800 Hz
  • médium + 2 à 4 db à 2 kHz
  • aigu – 8 db à 10 kHz
  • passe-bas à 8 kHz
Guitare électrique :

Je rencontre constamment deux problèmes majeurs, surtout avec des guitares saturées.

– Le son est trop mat et empâté: atténuez un peu les 400 Hz et relevez les 2–3 kHz.
– Le son est trop agressif: atténuez un peu les 2–3 kHz.

Son clean (funky)
grave + 4 db à 250 Hz
médium – 4 à 6 db à 800 Hz
aigu + 2 à 4 db à 4 kHz

Clean (blues)
grave + 4 db à 250Hz
médium + 4 db à 1,2 kHz
aigu + 2 db à 4 kHz

Son saturé (blues,lead)
grave +4 db à 250Hz
médium +4 db à 1,2 kHz
aigu + 2 db à 4 kHz

Saturé( moderne heavy)
grave +6 db (ou plus) à 180Hz
médium – 6 db (ou plus) à 800 Hz
aigu + 6 db à 4 kHz

Guitare acoustique :
  • grave +4 à 6 db à 160 Hz
  • bas-médium – 4 db à 500 Hz
  • médium -2 db à 1,6 kHz
  • aigu + 2 à 4 db à 6 à 8 kHz
Voix :

Atténuer un peu les bas-mediums et relever les haut-medium fait bien sortir la voix.

  • Filtre passe haut à 100 Hz
  • grave + 2 db à 200 Hz
  • bas-médium – 2 à 4 db à 350 Hz
  • médium + 4 à 6 db à 2 kHz
  • aigu + 2 db à 5 kHz
Cuivres et clavier :

Une égalisation n’est souvent pas nécessaire – sur les saxophones et flûtes on atténuera des fois les haut-médium (2 à 4 kHz) de quelques db.

 

A vos potards !

 

Ce sera tout pour ce tutoriel sur comment mixer un son correctement. Vous remarquerez que je ne suis pas rentré dans des explications trop poussées. Ceci dans une volonté de rester accessible à ceux qui débutent en MAO.

En tout cas j’espère que ce tuto vous permettra d’embellir vos morceaux.

Et pour ceux que ça intéresse, je propose également de m’occuper du mixage de vos compositions. Vous pouvez consulter mon service en ligne sur le site « 5euros » pour en savoir plus : Je m’occupe de votre mixage !

@+ les Musicos !

Musicalement.


Vous avez aimé cet article ? Téléchargez GRATUITEMENT les 31 conseils de Julien Lheureux pour débuter la guitare, et restez informés des prochains articles et tutoriels !

 

Créer une chanson avec Mixcraft 8 Pro Studio (2/2)

Créer une chanson avec Mixcraft 8 Pro Studio (2/2)

Salut mes amis musicos, aujourd’hui je vous présente mon premier tutoriel vidéo sur l’utilisation du séquenceur Mixcraft 8 Pro Studio. J’espère que celui-ci en aidera plus d’un à se familiariser avec ce logiciel.

Ce tutoriel est la suite de mon premier article découvrir le logiciel mixcraft 8. Dans ce dernier, je vous présentais les fonctionnalités de base du séquenceur. Avec ce tuto vidéo, on va rentrer dans le vif du sujet en composant une chanson.

C’est parti !

Pourquoi Mixcraft 8 Pro Studio ?

 

J’ai décidé de créer un tutoriel vidéo sur ce séquenceur pour 2 raisons :

  • Premièrement car j’utilise ce logiciel depuis 3 ans, et qu’il m’a tout de suite séduit. En particulier grâce à sa simplicité d’utilisation et son interface intuitive. Il est adapté à tous ceux qui débutent en MAO, comme aux utilisateurs confirmés. Il est également complet en termes d’instruments virtuels, qui sont par ailleurs de bonne qualité.
  • Deuxièmement car en fouillant sur le web, j’ai découvert que les tutoriels français sur Mixcraft 8 sont quasi inexistant.

Je souhaite à travers ce tuto vous transmettre mes connaissances du séquenceur, ainsi qu’en composition.

 

Ce que vous allez apprendre dans ce tutoriel

 

Je vais vous montrer comment composer une chanson avec Mixcraft 8 Pro Studio. Le but étant de rentrer dans du concret en créant une musique. Cela permet de détailler les différentes fonctions du logiciel au fur et à mesure que l’on avance sur le projet.

Vous apprendrez à :

  • Configurer vos périphériques (carte son, clavier MIDI…)
  • Insérer des pistes audio et MIDI
  • Enregistrer une piste audio et MIDI
  • Éditer les différentes pistes (découpe, copier coller, boucles, synchronisation…)
  • Commencer à composer une chanson
  • Les différentes fonctions du logiciel (menus, édition audio, effets, VST, etc…)

Pour la partie mixage, je ne m’attarderais pas dessus. En effet, la complexité d’un bon mixage mérite d’en faire un tutoriel rien que pour cette partie (affaire à suivre).

Vous pouvez télécharger Mixcraft 8 Pro Studio directement sur le site de l’éditeur à cette adresse. Vous avez 14 jours d’essai en mode démo. Mais sachez qu’une promotion très intéressante est en cours en ce moment. La version Pro Studio est à 72€ au lieu de 163€ ! (lien non affilié).

 

A vous de jouer !

 

Eh bien il ne tient plus qu’à vous de visionner ce tuto vidéo au début de l’article (si ce n’est déjà fait). J’espère vraiment que cela vous aidera et vous donnera la motivation pour créer vos plus belles compositions 🙂

Musicalement.


Vous avez aimé cet article ? Téléchargez GRATUITEMENT les 31 conseils de Julien Lheureux pour débuter la guitare, et restez informés des prochains articles et tutoriels !